Une succession d’échouages anormaux sur la côte Est de l’Argentine

Trois cas d'échouages ont d'abord été signalé ce weekend dans les environs de Mar de Ajó. Ensuite, un autre dans la juridiction de Villa Gesell. Et encore deux autres, à l'intérieur du port de Punta Mogotes.

Cette succession d’échouages d’orques sur la côte atlantique est frappante pour les spécialistes qui, avec l’aide des forces de sécurité, ont dû intervenir pour retourner en mer et garder certains de ces animaux en vie.

Deux de ces mammifères sont morts, échoués dans le sable. Les autres ont pu reprendre le large, mais il n’est pas exclu que dans les prochaines heures, qu’ils recommencent le parcours vers le continent. La désorientation ou les pathologies font partie des hypothèses exposées par les scientifiques sur place connaissent ces espèces marines.

Les deux cas survenus hier ont été couronnés de succès, du moins dans la manœuvre de sauvetage et de retour en mer. D’abord, très tôt, et déjà à la lumière du jour, l’effort s’est concentré dans la baie qui sépare le balneario 1 du complexe Punta Mogotes et le parador de Waikiki.

C’est alors que le personnel de la Fondation Aquarium Mar del Plata spécialisé dans le sauvetage et la réhabilitation des espèces marines est arrivé. Également la préfecture navale Argentine, qui, en outre, a fourni des bateaux appropriés. Des sauveteurs, des surfeurs et des passants passants par là, ont donné un coup de main pour pousser l’orque de cinq mètres qui reposait sur le sable mouillé.

D’abord dans un contexte chaotique, de vouloir faire sans savoir comment s’y prendre ; puis, plus organisée, avec l’arrivée de ceux qui en savaient plus sur le sujet, une chaîne humaine à permise à l’orque de retourner dans l’eau.

Après les applaudissements qui ont couronné les travaux du milieu de la matinée, un autre animal similaire est entré dans le port et s’est retrouvé coincé sur les rives du chantier naval de la TPA. À l’aide de bateaux, ils ont pu fermer  la voie de sorte que leur seule option pour l’orque était de quitter le terminal maritime. Dans l’après midi, celle-ci a traversé les brise-lames nord et sud et s’est perdu dans les vagues.

Les professionnels de la Fondation Mar del Plata Aquarium on réussi à prélever des échantillons de sang pour le court terme, mais sans intervention extérieure sur l’animal, que ce soit face à une pathologie qui l’a amenée à se reposer sur la côte “Il faudra du temps pour connaître les résultats”, ont-ils expliqué. Quelque chose de semblable pourrait être réalisé par leurs pairs de la Fondation Mundo Marino, à San Clemente del Tuyú, qui sont intervenus la veille à Mar de Ajó.

Sergio Rodriguez Heredia, biologiste au Centre de sauvetage et de réhabilitation de Marine World, témoigne que les sauveteurs ont pu remettre à l’eau seulement une des deux orques échoués sur les plages. L’autre est morte. “Nous ne pouvons pas être certain de la raison de ces comportements, mais il est frappant de voir qu’il y ait tant de cas en si peu de jours”.

Seulement le début

Vendredi soir, trois autres orques se sont échoués à Mar de Ajó. L’une est sorti seule, l’autre avec de l’aide et la dernière est morte. Quelques heures plus tard, un autre échouage est arrivé de la zone de Faro Querandí, à quelques kilomètres du premier point de sauvetage. Là, a également été trouvé une orque morte. Puis, une autre à Villa Gesell.

Les mêmes animaux ?

Les spécialistes n’excluent pas que les deux rescapés de la Mar del Plata puissent être l’une ou l’autre qui a connu ses revers à Mar de Ajó. Avec l’aide des personnes sur place, celles-ci seraient plus petites : environ cinq mètres contre près de six mètre et demi pour celles échouées dans le Partido de la Costa.

Rodríguez Heredia a expliqué que les prélèvements sanguins permettent de savoir s’ils ont des infections ou une faiblesse respiratoire. Des échantillons de tissus ont également été prélevés sur les deux animaux morts. À partir de la graisse prélevée, différentes conditions peuvent être déterminées “Par exemple, la présence de métaux lourds ou d’autres contaminants”.

Ces animaux ont une présence constante au large de la côte atlantique. Les spécialistes mettent en évidence deux ecotype : les transients, qui bougent beaucoup et se nourrissent de mammifères marins, comme les otaries de Patagonie. Et les résidents dont l’alimentation est essentiellement le poisson.

Il y a quelques jours, des professionnels de la Fondation Mundo Marino ont aidé à ramener un rorqual à bosse dans la mer, dans ce cas, peut-être surpris par une marée basse soudaine.

À Mar del Plata, dès la fin de la saison, une grosse baleine s’était échouée devant les spas de Punta Mogotes. Pendant plus d’une journée, des personnes ont travaillé pour la garder en vie et le remettre dans les eaux profondes. Prétendue malade, elle y est morte au beau milieu de cette tentative.

Update : Nouvelle vidéo de l'orque échouée dans le port

Pour rappel, l’orque s’est échouée dans le port, sur la descente du chantier naval TPA et a pû être reconduite à la sortie par des zodiacs de la Préfecture Navale.

Shop

Notre chaîne YouTube

Publicité

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur print
X