Le Vancouver Island Whale Watch, basé à Nanaimo, a publié mardi une photo de la jeune orque à Dodds Narrows. L’orque fait partie de la famille des Transients T46B, qui s’étend de l’État de Washington à l’Alaska.

Une orque blanche, repérée à cinq minutes de Nanaimo !! Journée sauvage sur l’eau aujourd’hui, à la recherche d’un nouveau-né incroyablement unique et d’une couleur inhabituelle (T46B1B)! », Écrit la société sur sa page Facebook.

Le capitaine Mike Campbell, de Vancouver Island Whale Watch, a déclaré que l’orque avait été vue pour la première fois par Val Watson, un naturaliste marin. «Je pensais que c’était une erreur au début quand Val est revenu en disant qu’il y en avait une blanche. Elle semblait blanche à la lumière », a déclaré Campbell.

Jared Towers, chercheur à Fisheries and Oceans Canada, a déclaré que l’orque était née à l’automne dernier, entre septembre et la fin novembre. Selon lui, elle souffrirait probablement de leucisme, une perte partielle de pigmentation. «Les albinos sont généralement tous blancs et, en plus, ils n’ont pas de pigment dans les yeux», a-t-il déclaré. Il a ajouté qu’il était possible que l’orque soit touchée par le syndrome de Chediak-Higashi, une maladie génétique qui provoque un albinisme partiel ainsi que de nombreuses complications médicales, cependant il conviendrait de l’examiner davantage.

Cette petite orque ne serait pas un cas isolée en Colombie-Britannique. Ce serait la quatrième orque blanche enregistrée depuis 1924, et tous feraient partie de la grande famille « Transients ». « Quelques orques que nous avons vus au fil des ans ici en Colombie-Britannique sont nés comme cet individu, de couleur assez laiteuse. Et au fil du temps, ils le perdent et grandissent en noir et blanc comme des orques normales », a déclaré Towers.

Towers a affirmé que les chercheurs continueraient à surveiller cette orque pâle en prenant des photos.

Une orque blanche, pas un cas isolé

Cependant cette jeune orque ne serait pas la seule orque blanche. En effet c’est en 2010 que l’orque alors nommé Iceberg est observé au nord du Japon, près de la Russie. Elle était alors seule, et déjà âgé d’au moins 15 à 17 ans selon les scientifiques. Cependant Iceberg ne donnait pas son dernier mot car elle fut également repéré en 2016, et cette fois accompagné d’au moins quatre à sept spécimens tout aussi pâles.

Iceberg apperçu en 2010 en Russie

De plus, les scientifiques ont observé d’autres orques atteintes du syndrome de Chediak-Higashi, dont le nouveau-né mentionné plus haut pourrait être atteint. Cependant la plupart des animaux affectés par Chediak-Higashi ne survivent pas jusqu’à l’âge adulte, ce qui signifie qu’il est peu probable que Iceberg, déjà assez vieux, soit atteint de la maladie. Les chercheurs espèrent voir de nouveau cette orque et pouvoir prélever un échantillon génétique. De plus on ignore toujours s’il s’agit d’orques albinos ou si la coloration résulte d’une autre raison.

Autre cas connu du syndrome de Chediak-Higashi : Chimo, une orque femelle captive qui n’a malheureusement vécu que jusqu’à ses quatre ans, alors que l’espérance de vie d’une orque femelle peut aller jusqu’à 100 ans.

Chimo l'orque blanche captive

Cependant, ce syndrome n’est pas le seul facteur qui met en péril ces orques blanches. En effet selon M. Hoyt, co-directeur du Far East Russia Orca Project, “Avoir cinq, voire huit orques blanches, dans une région du nord-ouest de la Russie, c’est une indication qu’il pourrait y avoir des problèmes de consanguinité dans cette région“.

On peut donc dire qu’il nous reste encore beaucoup à apprendre sur les orques dépigmentées, et que même si l’on pourrait s’émerveiller de voir de rares spécimens faire surface, cela représente en réalité un certain nombre de risques pour les orques.

Catégories : News