Cuisine végétale gourmande et facile

Salut Éva, tu peux te présenter pour les gens qui ne te connaissent pas ?

Bonjour à tous ! Je m’appelle Eva j’ai 30 ans je mesure 1m70 … J’ai créé il y a 2 ans une chaîne Youtube dans laquelle je propose des vidéos humoristiques de recettes végétales faciles pour aider tous ceux qui souhaitent changer leurs habitudes alimentaires.

J’ai une passion pour la protection des animaux et de l’environnement.

Avant d’être sur Youtube, je me suis engagée avec l’association Sea Shepherd pour qui j’ai travaillé bénévolement comme cuisinière. C’est là que j’ai découvert l’alimentation végétale et le mode de vie vegan.
Je suis aussi comédienne de profession et mes vidéos sur Youtube sont le résultat de toutes ces passions: Comédie, cuisine et activisme.

Marseillaise pure et dure, on peux dire que tu as le pied marin 🙂 Raconte-moi ton engagement avec Sea Sheaperd, comment tout ça à commencé ?

Tout a commencé quand je suis partie en vacances en Floride il y a presque 10 ans… Lors de ce voyage touristique je suis allée au fameux SeaWorld Orlando. J’ai assisté au spectacle des Orques, applaudissant naïvement. Puis Tilikum, qui était encore vivant à l’époque, est arrivé du fond du bassin d’où il semblait être isolé. Je demande alors à mon voisin “Pourquoi cette orque est-elle isolée des autres?” Il me répond que c’est parce que ce mâle a tué sa soigneuse 1 an auparavant et que c’était la 3e personne qu’il noyait volontairement…” Par mesure de sécurité ils le gardent isolé et nager avec lui est devenu interdit.  Regarde il arrive, il va sortir de l’eau et lever sa queue!” Là, j’ai vu l’immense Tilikum. Je n’avais jamais vu de créature aussi sublime et intimidante. Je voyais dans son œil une détresse sans fond. Je n’ai pas pu applaudir à ce moment là où tous les flashs des appareils photos l’éblouissaient… J’étais tétanisée, le souffle coupé. Puis, il s’est laissé glissé, est rentré dans son isoloir, et c’est là que je lui ai dit au revoir. 

Le soir venu je me suis renseignée sur les conditions de captivité, et j’ai découvert toute l’horreur des delphinariums. Je vous passe les détails mais j’ai instantanément eu envie d’aider les cétacés emprisonnés. Je me suis donc intéressée aux associations qui luttent contre la captivité et j’ai découvert Sea Shepherd. Quand j’ai commencé à voir leurs actions et surtout les résultats de leurs actions sur le terrain, j’ai naturellement voulu rejoindre les opérations. Je me suis engagée à terre dans un premier temps, puis je suis devenue végétarienne, puis chef cuisto lors de ma première mission MARE NOSTRUM de Sea Shepherd France en 2015, et ensuite sur le M/V BB où j’ai été “deckhand” (matelot) quelques mois et enfin sur le Sam Simon en 2018 où j’ai été second cuisinier. 

Et au moment où j’écris, j’ai envie d’y retourner. Comme chaque jour d’ailleurs ! Je pense repartir bientôt.

Tu as déjà rencontré et échangé avec Paul Watson ?

Oui bien sur, on le voyait souvent lorsqu’il était en France il y a quelques années. C’est un homme très charismatique. Une force tranquille et rassurante qui éveille en nous une énergie combattante. Je pense qu’il était samouraï dans une autre vie ! J’ai toujours été très impressionnée par sa présence, j’ai beaucoup de respect pour son parcours et je suis heureuse de faire partie de ceux qui prennent la relève d’un mouvement lancé dans les années 70. 

J’ai beaucoup lu sur la genèse de Sea Shepherd et du mouvement anti-braconnage en général. Paul Watson et tous ces activistes ont été l’une des plus grandes sources d’inspiration pour moi. L’histoire continue, j’aurais aimé rencontré chacun d’entre eux. Tous ceux d’hier et d’aujourd’hui qui protègent les océans, les forets, la vie sauvage et le vivant sont comme une deuxième famille pour moi. J’ai trouvé ma place et je suis éternellement reconnaissante envers tous mes amis que j’ai rencontré sur les bateaux et en mission. Ils m’ont fait croire à nouveau en la beauté de l’humanité.

L’expérience humaine que l’on vit à bord est indescriptible… Ce sont sans doutes les plus belles rencontres que j’ai faite au cours de ma vie. Paul Watson en est le Pionnier, il a créé un mouvement qui grandit d’année en année et nous sommes comme une armée qui se bat pour la Justice et la paix…

Tu peux me parler de ton univers végan et des projets que tu développes autour de ça ?

Mon univers vegan? Eh bien c’est ma façon de vivre tout simplement. Je n’aime pas le mot VEGAN, on en a fait un dogme et je hais les doctrines. Je dirais plutôt tout simplement que mon mode de vie est un choix politique et contestataire. Je suis indignée par la façon que l’on a de traiter les animaux aujourd’hui et je refuse catégoriquement de participer à ce système tortionnaire. Que ce soit dans l’industrie de la viande, la fourrure, la captivité, la recherche scientifique, le cirque, les cosmétiques, la chasse, la mode, les divertissements, la cruauté en générale quoi… Mais aussi en rapport à l’impact extrêmement dévastateur qu’a l’industrie de la pêche et de la viande sur l’environnement. Ou encore le partage des richesses qui est une aberration sans nom quand on pense que l’on gaspille des tonnes d’aliments quand d’autres meurent de faim. C’est contre tout un système que je m’oppose. Il est urgent d’agir, donc je n’attends plus que le changement vienne des autres, je fais.

Ce n’est selon moi qu’une question de cohérence si l’on estime avoir des valeurs écologistes et/ou animaliste.

Aujourd'hui tu t'es lancée dans l'aventure Youtube dans laquelle tu évoques ton parcours et tu présentes tes recettes végan. J'imagine tu as eut des hauts et des bas en te lançant là-dedans, qu'est-ce qui te motive à continuer maintenant les gens aiment et suivent ce que tu fais ?

Oui ça n’a pas été simple tous les jours. S’exposer à la haine et la critique permanente peut rendre un peu fou. Créer cette chaîne Youtube a aussi été un gros investissement financier. J’ai du faire pas mal de sacrifices et je connais une vie précaire et bien peu confortable certains mois. Mais je continue car je vois que mes vidéos ont un réel impact. C’est le plus important pour moi: apporter des solutions. J’aime faire rire les gens, j’aime les aider à se faire plaisir en mangeant, j’aime l’idée d’éveiller les consciences vers un mode de vie plus éthique et respectueux des animaux et de l’environnement. Si je continue c’est parce que je n’ai pas le choix. Je suis témoin d’atrocités cruelles et de désastres environnementaux tous les jours, et je ne peux pas rester là à ne rien faire. C’est comme ça, c’est presque vital. L’idée d’agir me donne le sentiment de changer cette société que je ne comprends pas et que je subis. Si je ne fais rien, je vais me tirer une balle. Sérieux. J’arrêterai quand nous aurons gagné… autrement dit.. jamais. Je ne suis pas une pessimiste pour autant, je suis réaliste et lucide. C’est un combat sans fin, il faut en être conscient. C’est cette lucidité du monde moderne dans lequel je vis qui me désespère, m’inquiète et qui justement me donne l’énergie de continuer. Jusqu’au bout, tant que je pourrais.

Revenons-en aux orques, quel lien cultives-tu envers cet animal ?

C’est un lien qui remonte à mon enfance. J’ai toujours été passionnée par ces animaux, certainement parce que j’étais amoureuse du petit garçon qui jouait dans “Sauvez Willy” ! (rires) Je n’explique pas vraiment le lien que j’ai avec les orques. Elles me fascinent et je voudrais être comme elles. Elle m’ont beaucoup appris de par leur “sagesse”. Ce sont des êtres sensibles, intelligentes, pacifistes, joueuses, curieuses, sauvages, majestueuses, présentes dans les océans depuis des millions d’années, et ce sont les meilleures prédatrices de leur royaume. Mon amour pour elles est unique, je veux les protéger comme on veut protéger un proche que l’on aime inconditionnellement. L’idée de les savoir enfermées et abusées dans des bassins en béton me fout la rage. Elles sont innocentes. Je veux les sortir de là. Ce n’est pas juste. Et l’injustice est la notion la plus insupportable à vivre pour moi.

Est-ce tu as déjà vécu une rencontre avec des orques en pleine nature ?

Oui je suis partie en 2017 en Colombie Britannique pour rencontrer les Orques !! J’ai d’ailleurs fais une vidéo dans laquelle je raconte cette expérience; va voir la vidéo “le jour où j’ai rencontré les orques sauvages“. Je n’oublierai jamais ces instants magiques…mystiques même. Je n’oublierai jamais non plus le calme intérieur qui m’habitait à ce moment là. C’était comme si mon cœur riait. Une rêve d’enfant qui se réalisait. C’est trop long à raconter, va voir la vidéo ^^

Lire la vidéo

J'ai réalisé un rêve

On a récemment vu au travers d'un post sur tes réseaux sociaux que tu allais t'engager sur le mouvement #WEARETHEORCA avec l'équipe de Coextinction, tu peux nous en dire plus ?

Oui je viens effectivement d’intégrer le POD d’influenceurs de coexctinction ! Je pense repartir bientôt en Colombie britannique, mais je n’en dis pas plus car je ne veux pas vous spoiler !

Est-ce qu'en parrallèle de ça tu as d'autres projets concernant les orques sur place ou à ton retour ?

Oui évidemment, je souhaite continuer à sensibiliser l’opinion public aux conditions abominables de la captivité des cétacés, faire découvrir qui sont ces animaux, donner la parole aux passionnés, en rencontrer de nouveaux et apprendre encore et encore sur ces animaux. J’aimerais à terme faire un documentaire. Mais surtout mon prochain objectif c’est d’aller nager avec elles en Norvège lors des expéditions qu’organise Pierre Robert De la Tour avec son asso “Orques sans Frontières“.

Qu'est-ce qu'on peux te souhaiter pour la suite ?

Souhaitez moi ce que je vous souhaite de meilleur! Des rires, de la bouffe et du sexe ! Et aussi, que les citoyens arrêtent de catégoriser les écologistes et les vegans comme des extrémistes fanatiques et commencent enfin à réagir eux aussi, que toutes les orques soient libres et que les cages s’ouvrent, que des mesures politiques soient prises pour la protection des orques sauvages menacées d’extinction, que l’on interdise la captivité des cétacés, que la pêche industrielle soit abolie, que justice soit faite pour tous les opprimés et que l’espoir nous habite encore et toujours. Autant te dire qu’il y a du boulot!

Éva merci beaucoup, j'espère que les lecteurs en auront appris un peu plus sur toi et ton univers. Bien évidemment bonne continuation pour la suite et moi je te dis à très vite. Je te laisse le mot de la fin ?

Merci de m’avoir donné la parole ici, n’hésitez pas à découvrir mes vidéos de recettes pour participer au changement depuis votre assiette ! Et surtout merci à toi pour ce super blog. Ce sont des initiatives comme la tienne qui vont permettre de faire bouger les mentalités. Je suis sure qu’énormément de personnes apprennent des choses grâce à toi et aux articles que tu partages. Merci pour l’amour que tu portes aux orques et tout ce que tu fais. Il y a mille et une façons de les protéger; sensibiliser et informer est primordiale car on protège ce que l’on aime et l’on aime que ce que l’on connait. Je laisse donc le mot de la fin à Steve Irwin qui disait “My mission is to bring animals into people’s hearts” .

X