Le Canada banni officiellement la captivité des cétacés

Le Canada vient d'adopter une loi (Bill S-203) interdisant de garder en captivité des baleines et des dauphins à des fins de divertissement.

La nouvelle à été annoncée hier par le Canada : la Chambre des communes a voté à une écrasante majorité en faveur du projet de loi S-203, projet de loi visant à mettre fin à la captivité des baleines et des dauphins. Il élimine progressivement la captivité des cétacés (c.-à-d. Baleines, dauphins et marsouins) au Canada, à l’exception des opérations de sauvetage, de réadaptation, de recherche scientifique sous licence ou de l’intérêt supérieur des cétacés. Il interdit également le commerce, la possession, la capture et la reproduction de cétacés.

«C’est une victoire majeure pour les cétacés», a déclaré Lori Marino, présidente du Whale Sanctuary Project. «Ils font partie des animaux les plus complexes sur le plan cognitif. Les confiner à la vie dans un réservoir en béton leur est vraiment insupportable.»

Au Canada, seuls deux établissements abritent des cétacés: l’aquarium de Vancouver, qui abrite un dauphin à flancs blancs du Pacifique, et le Marineland à Niagara Falls, qui abrite une orque isolée, Kiska, et plus de 50 bélugas. Le projet de loi permet à ces installations de les conserver, mais pas de les reproduire.

Le projet de loi a mis près de quatre ans à faire son chemin au Parlement. Parrainé au Sénat en décembre 2015 par le sénateur Wilfred Moore, il était opposé, bloqué et obstrué par des intérêts particuliers. Quarante témoins et six experts du projet Whale Sanctuary ont témoigné lors de 17 audiences de comité.

«Nous avons l’obligation morale d’éliminer progressivement la capture et la conservation des animaux à des fins lucratives et de divertissement», a déclaré M. Moore après le vote. «Les Canadiens nous demandent de faire mieux, et nous avons écouté.»

Moore lui-même n’avait pas été en mesure de lire le projet de loi jusqu’à sa dernière lecture au Sénat, l’année dernière, puisqu’il avait atteint l’âge de la retraite obligatoire de 65 ans. Il a été remplacé par le célèbre sénateur Murray Sinclair, qui a annoncé son intention de créer un sanctuaire balnéaire pour que les baleines et les dauphins puissent se retirer de la captivité :

« L’intention de ce sanctuaire est de fournir un lieu où les baleines et les dauphins sauvés peuvent être réhabilités pour être relâchés tout en vivant dans un environnement qui maximise leur bien-être et leur autonomie dans un environnement aussi proche que possible de leur habitat naturel, ou rester en permanence si non libérable.


N’oublions pas les animaux vivent dans des bassins et que les cétacés sauvages qui peuvent encore faire face à la capture violente de leurs groupes familiaux dans le but de divertir l’Homme. C’est l’objet de ce projet de loi et pourquoi il est si important.


Compte tenu des connaissances scientifiques présentées par les experts sur les caractéristiques biologiques et les besoins des cétacés lors de l’étude de ce projet de loi, il est évident qu’il est cruel de garder des cétacés en captivité.


Je crois que nous ne voulons pas être cruels. Nous ne devrions pas laisser les autres l’être non plus.


Une bonne partie de l’argumentation portait sur la nécessité pour l’homme de faire des recherches sur l’espèce… mais j’aimerais qu’il soit possible d’obtenir le témoignage d’un cétacé. Si j’avais l’occasion de poser la question à un béluga, je pense que je lui demanderais: Quel est le meilleur pour votre famille ? 
»

Le projet de loi a été adopté au Sénat en octobre 2018, puis à la Chambre des communes, où il a été défendu par la chef du Parti vert, Elizabeth May.

« Les Canadiens ont été clairs: ils veulent mettre fin à la pratique cruelle consistant à garder les baleines et les dauphins en captivité», a-t-elle déclaré après le vote.

Shop

Notre chaîne YouTube

Publicité

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur print
X