Après la joie, place à la tristesse…

L'histoire était trop belle : voir des orques le long des côtes de l'Italie dans la ville de Gênes. Malheureusement, si elles sont restées là ce n'est pas pour les beaux yeux de tout le monde...

Le sentiment d’excitation donc laissé place à l’inquiétude. En effet, les experts tentent de comprendre pourquoi les orques restent sur place et ne prennent pas le large.

Alors que nous nous réjouissions de la présence d’orques dans les eaux Méditerranéenne en début de semaine, ce ne sont pas 4 mais bien 5 orques qui auraient été présentes dans le port. Elles sont restées dans la même zone pour une raison bien précise : un petit est dans un état de santé critique et sa mère l’aiderait à rester à la surface, quand un second pourrais avoir disparu.

En effet, selon Jules Zemiti, le pêcheur qui a en premier documenté la présence des animaux dimanche dernier à mentionné qu’il y avait deux petits à l’origine. Si tel est le cas, on se demande ce qui est arrivé à l’autre juvénile.

Leurs présences coïnciderais donc au désir de la mère de retrouver son petit disparu selon les chercheurs.

© Crédits photo : Rossella Bozzano

C’est sur ces aspects que se concentre les recherches des experts de l’aquarium de Gênes. Ils savent désormais (grâce aux images recueillies) que le groupe serait parti du Détroit de Gibraltar. En revanche, il y a encore des doutes sur le trajet que les orques auraient pu emprunté. 

Pour l’instant,  on a pu reconstruire à partir d’une première comparaison avec les photos qu’elles seraient passées de Carthagène, en Espagne, le 13 novembre. Quelques jours plus tard, le 17, elles auraient été vues à la hauteur de Formentera, aux Baléares, et enfin, le 22, au large de Carloforte, en Sardaigne.

L’histoire n’est pas sans rappelé cette maman orque de la côte Canadienne qui a à transporté son petit mort pendant 17 jours. L’information ayant été prise comme un cri d’alerte sur la dégradation mondiale de l’état de santé de ces prédateurs des océans.

Des mesures prises en conséquence

Les autorités portuaire de Gênes a publié interdiction de la navigation et le stationnement des bateaux – à l’exclusion des navires marchands – et toute activité sous-marine dans la “zone de précaution” autour de l’entrée du bassin du port. 

Le ministre de l’Environnement, Sergio Costa, a annoncé hier que la disposition avait été adoptée pour “protéger la santé des mammifères”, ajoutant que le dispositif de contrôle serait “renforcé par des patrouilleurs”.

La protection de la mer et de sa biodiversité doit être la priorité de la politique, une politique visant à protéger le bien commun. Ces orques doivent être le symbole de la protection de nos mers et, avec la "Déclaration de Naples" qui sera reçue à la Cop21 dans ces heures, cette directive sera encore plus forte.

Sergio Costa - Ministre de l'environnement Italien
© Crédits photo : Alessandro Grasso

Shop

Notre chaîne YouTube

Publicité

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur print
X